Alex, dont vous avez pu lire le premier témoignage hier, nous raconte la journée de sensibilisation à Nseke.

12/04/2013

Congo_2013_1« Aujourd’hui en route pour le village de Nseke pour une sensibilisation à l’eau dans les écoles: quels sont les dangers et principalement les maladies( dysenterie, choléra, vers intestinaux…) que l’on peut attraper si on utilise de l’eau non potable. Attention l’eau de pluie n’est pas potable car elle est en contact avec tous les microbes qui sont dans l’air….Sensibilisation à ne pas utiliser l’eau de la rivière pour la boire car elle y est polluée par des métaux lourds rejetés par les mines. On a pas le choix donc on s’y lave, on lave le linge et la vaisselle…
Si on doit utiliser de l’eau non potable pour la consommation, il est indispensable de la faire bouillir. Il est aussi indispensable de se laver régulièrement les mains avec du savon afin d’éliminer les bactéries.
Les enfants ont eu à leur disposition des BD reprenant les règles élémentaires d’hygiène et qu’ils ont ramené chez eux pour en discuter avec toute la famille.

Pas mal d’enfants sont au courant des risques d’utiliser de l’eau non potable mais malheureusement ils n’ont pas toujours de choix…..Congo_2013_2

Les écoles m’ont fortement interpellé car beaucoup d’entre eux doivent amener leur chaise, ils sont beaucoup pour une petite classe avec très peu de matériel scolaire. Ils ont un respect très prononcé pour leur institutrice.

Nous avons ensuite eu la chance d’être accueillis par plusieurs familles pour visiter leur maison… Souvent un espace très réduit (pour raison financière) et très sombre car sans électricité. L’intérieur est vraiment très rudimentaire et ils sont à même la terre. Ils partagent une même chambre pour toute la famille.

Étape suivante, nous allons jusqu’à une source (N’Tegalongi) pour voir comment nettoyer et laisser propre sur le long terme l’accès à cette source. Il faut que l’eau soit la plus propre possible et que donc ni feuille, ni terre n’y tombent. Jean-Denis accompagné de Christian évaluent la construction et son coût.

L’après-midi a été consacrée à la visite de la centrale hydraulique (construite dans les années 50 par les ACEC, actuellement ALSTOM) qui produit l’électricité pour une société minière américaine, et dont certains villages profitent, moyennant contribution pour la plupart des gens sauf ceux travaillant à la SNEL (société nationale électrique). Nous avons ensuite visité le barrage puis la station d’épuration et avons pris connaissance de divers problèmes. »

Congo_2013_4 Congo_2013_3

 

 

 

 

 

 

Jean-Denis a visité un potentiel projet qui lui tient à cœur, nous allons essayer de le financer!

12/04/2013

« En bas de la base vie d’Alstom, il y a un petit village avec une dizaine de familles (cela représente plus ou moins 100 personnes). Ils n’ont ni eau, ni électricité. Il faudrait donc aménager une source en canalisant l’eau et en rendant la source accessible et propre (dalle de béton). Christian, notre partenaire à Nseke, pourrait s’occuper du suivi de ce projet. »